Nos fondateurs

Timmins fut fondée en 1912. La collectivité était un « sous-produit » de la ruée vers l’or du Porcupine. Situé à 680 km au nord de Toronto, le camp attirait des hommes et des femmes empressés de faire fortune et de se faire un nom dans le « Nouvel Ontario ». À compter de 1907, habitaient dans la région des dizaines de prospecteurs qui explorèrent la région autour du lac Porcupine et de la rivière Frederick House.

George Bannerman

George Bannerman, en compagnie de son associé, Tom Geddes, découvrit le premier filon d’or dans la région du Porcupine. George était un nouveau venu dans la région lorsqu’il fit sa découverte, mais son associé avait prospecté dans une région tout près auparavant. Les deux hommes jalonnèrent une concession de 40 acres pour une mine d’or. La mine bâtie sur les concessions de George Bannerman et de son associé ne fut jamais un grand succès. Leur découverte déclencha la ruée vers l’or du Porcupine. George demeura dans la région longtemps après sa découverte, pour regarder grandir la collectivité qu’il avait aidé à fonder.

Benny Hollinger

Benny Hollinger était coiffeur pour hommes avant de se laisser emporter par la ruée vers l’or du camp du Porcupine. En 1909, Benny, en compagnie d’un prospecteur professionnel nommé Alec Gillies, se rendit dans la région du Porcupine juste après l’expédition Wilson qui découvrit l’emplacement de la mine Dome.

Lorsque Hollinger et Gillies arrivèrent dans la région, les membres de l’expédition Wilson les informèrent que tous les bons lots avaient été jalonnés sur au moins 6 milles (10 km) à l’ouest. Par conséquent, ils allèrent vers l’ouest, au-delà des concessions déjà jalonnées, jusqu’à une excavation abandonnée.

Les prospecteurs précédents avaient été si déçus de ce qu’ils avaient trouvé qu’ils avaient laissé leurs outils lourds sur place. Mais cette déception apparente ne découragea pas les deux jeunes pionniers pleins d’espoir et ils décidèrent de procéder avec autant plus de soin dans leur recherche d’or. Benny cherchait autour de l’excavation qu’ils avaient trouvée et il découvrit de grandes veines aurifères qui affleuraient sous la mousse. Il était tellement excité par sa découverte que les autres équipes de prospection, qui suivaient leurs traces, pouvaient entendre ses cris de joie. Hollinger et Gillies ne perdirent pas de temps pour jalonner tout de suite leur concession. Ils jalonnèrent même une concession pour leur ancien associé qui n’était pas en mesure de les accompagner, étant trop incommodé par une sciatique. Ils se dirigèrent vers le sud pour enregistrer leurs concessions immédiatement. Benny et Alec vendirent leurs concessions à un promoteur du nom de Noah Timmins en 1910. Ces concessions, de même que les zones prometteuses adjacentes acquises par Timmins, furent incorporées à la mine Hollinger peu de temps après.

Benny Hollinger perdit graduellement tout l’argent de la vente de ses concessions dans diverses opérations spéculatives. Il mourut plus tard d’une crise cardiaque à un jeune âge.

Sandy McIntyre

Sandy McIntyre était originaire d’Écosse où il portait le nom d’Alexander Oliphant. Nous connaissons peu de choses au sujet de sa vie en Écosse sauf qu’il était mécontent de sa vie là-bas. Il laissa donc sa femme en Écosse, changea son nom à Sandy McIntyre et déménagea au Canada pour y commencer une nouvelle vie.

Il devint prospecteur en 1906 et il tourna immédiatement son regard vers le Nord de l’Ontario. Il arriva au camp du Porcupine avec son associé Hans Buttner (immigrant allemand au sujet duquel nous savons très peu de choses) en 1909, tout de suite après Hollinger et Gillies.

En effet, McIntyre et Buttner jalonnèrent leurs concessions les plus prometteuses le soir du jour même où Hollinger et Gillies avaient jalonné les leurs. Sandy McIntyre était peut-être le plus célèbre et le plus coloré des premiers jalonneurs du Porcupine. La mine McIntyre n’a pas établi de titre de propriété aussi rapidement que les mines Hollinger et Dome. Sandy perdit tout l’argent qu’il avait gagné en raison de sa découverte. Il demeura très en vue longtemps après avoir pris sa retraite, toutefois, il ne parvint jamais à conserver son argent bien longtemps. Il mourut en 1943 à l’âge de 74 ans.

Harry Preston

Harry Preston faisait partie de l’expédition, dirigée par Jack Wilson, qui découvrit l’emplacement de la mine Dome. Harry fut celui qui fit certaines des découvertes les plus riches à cet emplacement lorsqu’on le laissa seul alors que Jack partit avec le reste du groupe pour Sudbury en espérant y faire fortune. Preston était désenchanté de la part originale des profits qu’il devait recevoir (environ 6 % de la valeur de la vente). Il consentit à contrecSur à cet arrangement lorsqu’on lui offrit une bouteille de whisky d’avance. Pendant des années après la constitution en personne morale de la mine Dome, Preston la considéra comme la sienne. Harry Preston se félicita de sa découverte, heureux du succès de la mine.

Fred Schumacher

Fred Schumacher naquit au Danemark en 1863. Il alla d’abord à l’école au Texas, finit ses premières études au Danemark et puis reçut un grade universitaire en pharmacie aux États-Unis. Schumacher gagna confortablement sa vie comme pharmacien avant de changer de carrières pour devenir commis-voyageur en produits pharmaceutiques. Il était respecté et connaissait assez de succès comme vendeur.

Fred fit plus tard la connaissance du propriétaire de la compagnie pour laquelle il travaillait et commença à courtiser sa fille et finit par l’épouser. Fred Schumacher fonda ensuite sa propre compagnie de médicaments brevetés.

Ce fut à peu près à cette époque qu’il entendit parler des découvertes d’or dans les camps du Porcupine. Contrairement à d’autres investisseurs américains, il décida d’aller voir les découvertes d’or lui-même. À l’époque de sa visite, la petite ville appelée aujourd’hui Schumacher portait le nom d’Aura Lake. Les trois grandes mines étaient déjà établies lorsque Fred Schumacher devint actif dans les camps du Porcupine. Il commença par envoyer deux de ses géologues explorer la région avant de prendre toute décision d’investissement. Puis, en 1912, il acheta 160 acres (64 ha) de terrain « vétéran » près de la mine Dome et il acheta aussi 8 acres (3,2 ha) entre les mines Hollinger et McIntyre. Il y avait une maison occupée sur les 8 acres entre les mines établies et, bien qu’il n’eût pas à le faire, Fred Schumacher acheta la maison de la famille qui squattait sur son nouveau terrain à un prix juste. Il bâtit le seul puits de mine de la mine Schumacher sur ce terrain de 8 acres qu’il vendit plus tard à la mine Hollinger. Fred Schumacher était aussi très actif en achetant et en vendant des terrains dans la petite ville qui allait un jour porter son nom. Toutefois, il ne s’établit jamais de façon permanente à Schumacher, car il ne fut jamais qu’un visiteur à cet endroit. D’ailleurs, il était propriétaire d’une grande demeure à Columbus, en Ohio.

La mine Dome l’aborda au sujet des 160 acres de terrain qui lui appartenaient adjacents au terrain de la mine. L’offre originale de la Dome en 1912 était de 75 000 $. Fred fit une contre-offre de 150 000 $. La Dome déclina la contre-offre. En 1931, la Dome aborda Schumacher encore une fois avec son offre 75 000 $ pour les 160 acres. Fred fit encore une fois la contre-offre de 150 000 $, mais il avertit la mine que si elle la refusait, il doublerait son prix. La Dome refusa encore une fois. En fin de compte, la mine Dome acquit les 160 acres de Schumacher pour la somme de 1 125 000 $ en 1936. Au fil des années, Fred fit plusieurs dons à la petite ville qui porte aujourd’hui son nom. Parmi ces dons, celui qui peut être le plus connu de tout l’héritage qu’il a laissé, c’est les 1 000 $ donnés pour des cadeaux chaque Noël depuis 1916 pour les élèves de la ville de Schumacher.

Noah Timmins

Noah Timmins naquit en 1867 à Mattawa, en Ontario. À Mattawa, Noah travaillait dans la boutique de son père en compagnie de son frère aîné Henry.

Les voyageurs à destination et en provenance du Nord de l’Ontario passaient souvent par Mattawa et, sur place, ils se faisaient souvent des provisions au magasin des Timmins.

Noah écoutait souvent les récits que racontaient les voyageurs au sujet de l’or et de l’argent qu’ils avaient trouvés principalement par accident. Ce fut l’un de ces récits qui attira en particulier l’attention de Noah.

Un jour, en 1903, un très chanceux travailleur de la construction de la voie ferrée s’arrêta au magasin des Timmins et raconta à Noah comment il avait trouvé de l’argent en lançant son marteau en direction d’un renard, car le renard évita son lancer et le marteau frappa une roche en révélant de l’argent. Ce récit inspira tellement Noah qu’il ne ferma pas l’Sil de la nuit et le lendemain matin, il envoya un télégramme à son frère au Québec et lui dit d’acheter les prospects du travailleur ferroviaire qui était descendu en visite chez sa famille à Montréal. Ce ne fut que le début des projets de Noah pour développer le potentiel minier du Nord.

Lorsqu’il entendit parler des prospects dans le camp du Porcupine, Noah envoya son neveu, Alphonse Paré, étudiant en géologie, dans le camp du Porcupine pour voir ce qui s’y passait. Lorsque Al Paré revint, il était tout excité par ce qu’il avait vu dans le camp du Porcupine et il dit à Noah que ce serait une très bonne idée d’investir dans le développement de la région. Peu de temps après avoir reçu les recommandations d’Alphonse et en dépit des réserves de Henry, Noah acheta des concessions de Benny Hollinger et d’Alec Gillies de même que plusieurs autres concessions adjacentes et les incorpora rapidement à la mine Hollinger. Noah laissa à son neveu Al (Alphonse) Paré le soin de surveiller l’exploitation de la mine Hollinger pendant deux ans après sa constitution en personne morale.

Al Paré décida que la nouvelle collectivité qui se développait près de la mine devait s’appeler Timmins en l’honneur de son oncle Noah. Noah Timmins finit par aménager plusieurs autres exploitations minières couronnées de succès dans le Nord de l’Ontario de même que certaines au Québec. Noah Timmins mourut en 1936 à l’âge de 69 ans. Il fut directeur de 21 compagnies pendant sa vie.

Jack Wilson

Jack Wilson quitta son emploi comme contremaître de construction de voie ferrée pour suivre son intérêt principal qui était la prospection. Il était soutenu par deux hommes d’affaires de Chicago lorsqu’il dirigea une expédition de prospection comptant sept autres hommes dans la région du Porcupine, à la mi-mai 1909. Parmi les hommes de cette équipe, on comptait Harry Preston.

Une bonne partie de l’or qu’ils découvrirent se trouvait dans de grandes masses de quartz en forme de dôme. Les premiers indices affleurants que l’expédition a découverts étaient bons, mais des rumeurs d’une nouvelle découverte d’argent près de Sudbury inspirèrent Wilson à prendre la plupart de ses hommes avec lui pour aller s’en rendre compte sur place. Il laissa à Harry Preston le soin de surveiller les concessions.

Des masses de quartz en forme de dôme

Les rumeurs qui avaient incité Jack à se déplacer à Sudbury se sont avérées sans fondement et, par conséquent, il retourna aux concessions du Porcupine. Preston, en l’absence de Wilson, avait découvert d’autres riches veines aurifères près de l’endroit où l’expédition prospectait. Avec une découverte si riche, Wilson en arriva à une entente avec ses bailleurs de fonds de Chicago à la lueur de son feu de camp. La mine construite sur les lieux jalonnés par Wilson et son groupe fut nommée la mine Dome. La collectivité de South Porcupine se développa près de la mine Dome. Wilson demeura sur place en qualité de directeur de la mine. La mine Dome fut la première des trois grandes mines à Timmins à se faire découvrir et constituée en personne morale.